La Vie devant ses yeux

La Vie devant ses yeux

Laura Kasischke

Le Livre de Poche

  • 18 juin 2014

    Etats-Unis, famille

    J'ai aimé cette lecture à l'aveugle, me laissant porter par la narration, parfois un peu longuette, qui décrit les massifs de fleurs de cette maison typiquement américaine.

    J'ai aimé les cassures dans cette narration, me replongeant dans l'adolescence des deux filles par un été torride et sans histoire.

    Et puis j'ai aimé chercher les indices qui brouillent les pistes. Je suis passée à côté de certains, en remarquant d'autres. Tout ne s'éclairant qu'à la dernière page.

    L'auteure sait créer un univers si particulier, proche de la décomposition et pourtant si attractif.

    L'image que je retiendrai :

    Celle du parfum des fleurs si présents dans le fil de la narration.

    http://motamots.canalblog.com/archives/2014/06/18/30082607.html


  • Première rencontre avec Laura Kasischke. Je savais son talent pour créer des ambiances, unissant tour à tour, mystères, questionnements et surprises.J'ai choisi ce titre édité récemment en poche. Récit d'une réminiscence du passé, le roman s'ouvre sur un tempo allegro: une scène de crime. Dans un lycée américain, un tueur s'approche de deux jeunes filles,deux amies que rien ne sépare jusqu'alors. Deux jeunes femmes pleines d'avenir dont l'une d'entre elles se nomme Diana.

    Une première porte se referme sur ce sombre événement. Le temps passe, laissant la place à l'oubli ou son semblant.Devenue Diana Mac Fee, charmante épouse d'un homme brillant, maman d'une petite fille adorable, enseignante passionnée, elle vit dans une demeure d'un quartier huppé.

    Mais le souvenir de cette journée particulière de son adolescence hante son esprit.Beaucoup de portes se sont refermées derrière elle depuis le drame mais rien n'efface la violence de cette journée.
    Laura Kasischke met en scène la routine d'un quotidien banal jusqu'aux petits symboles distillés au fil de la narration pour démolir la quiétude de cette vie parfaite. Le portrait de Diana est majestueux tant dans sa faiblesse féminine que dans le trouble qu'elle incarne. L'auteur réussit à transcender l'agression permanente dans la tête de son personnage. Sous couvert d'une femme lisse et admirable se dissimule la plus terrible paranoïa et chaque événement troublant apporte un éclairage particulier sur le sens des images employées.

    Un très bel univers, rythmé, avec des mots ciselés même si certaines ruptures narratives peuvent lasser parfois.


  • par (Libraire)
    28 avril 2014

    Une atmosphère étrange et saisissante inspirée d'un atroce fait divers

    Elles sont meilleures amies, elles sont adolescentes mais l'une d'entre elle va disparaître tragiquement. Quelques années plus tard, nous retrouvons Diana, faussement heureuse et rongée par les remords.. Entre flashback et présent, Laura Kasischke nous emmène une nouvelle fois bien loin.. Déroutant et bouleversant.


  • 23 avril 2014

    Et vous, qu'auriez-vous fait ?

     Si vous deviez choisir entre sacrifier votre vie ou celle de votre meilleure amie, que feriez-vous ? Epouse et mère de famille apparemment (mais apparemment seulement) comblée, Diana s'est retrouvée face à ce dilemme et a décidé de sauver sa propre vie. Rongée par une profonde culpabilité, son passé revient la hanter par vagues.

    Les toutes premières pages du roman de Laura Kasischke nous plongent dans une atmosphère pesante et une tension qui évolue crescendo au fur et à mesure du récit. La plume à la fois tranchante et joliment imagée de l’auteure sert un récit rythmé par des flashbacks cauchemardesques et un présent violemment tourmenté par ces souvenirs. Le mal-être de Diana est étrangement palpable et Laura Kasischke ne nous laisse aucun répit. La compassion que l'on ressent pour cette femme tourmentée nous pousse enfin à nos poser cette question lancinante et taboue : « qu’aurais-je fait à sa place ? » On ignore ce qu'on aurait répondu...

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u