Bella Ciao, Uno
EAN13
9782754811699
ISBN
978-2-7548-1169-9
Éditeur
Futuropolis
Date de publication
Collection
Bandes dessinées (1)
Nombre de pages
128
Dimensions
28 x 20 x 1 cm
Poids
698 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

«Bella ciao, c’est un chant de révolte, devenu un hymne à la résistance dans le monde entier…
En s’appropriant le titre de ce chant pour en faire celui de son récit, en mêlant saga familiale et fiction, réalité factuelle et historique, tragédie et comédie, Baru nous raconte une histoire populaire de l’immigration italienne.
Bella ciao, c’est pour lui une tentative de répondre à la question brûlante de notre temps : celle du prix que doit payer un étranger pour cesser de l’être, et devenir transparent dans la société française. L’étranger, ici, est italien. Mais peut-on douter de l’universalité de la question?»

Teodoro Martini, le narrateur, reconstruit son histoire familiale, au gré des fluctuations de sa mémoire, en convoquant le souvenir de la trentaine de personnes qui se trouvaient, quarante ans plus tôt, au repas de sa communion. Le récit se développe comme la mémoire de Teodoro, tout en discontinuité chronologique. Il y est question d’un massacre à Aigues-Mortes en 1893, de la résistance aux nazis, du retour au pays, de Mussolini, de Claudio Villa, des Chaussettes noires, et de Maurice Thorez… Des soupes populaires et de la mort des hauts-fourneaux… En tout, du prix à payer pour devenir transparent.
Avec Quéquette Blues, publié dans les années 80, et les Années Spoutnik, publié au tournant du siècle, Bella ciao peut être vu comme le dernier volet d’une trilogie, pensée comme la colonne vertébrale de l’univers narratif de Baru.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Baru